logo kcf

La certification PCM pour formateurs, la story des trois premières journées par Laetitia C.

Cyril Collignon

Rédigé par

Cyril Collignon

12.11.2019

Formation « Process Communication Model, enseigner le modèle »

Story de la promo 82, comment vous le dire…

Trois journées particulières

Notre premier module de formation animé par Jérôme Lefeuvre, charismatique master trainer, vient de s’achever. Trois journées d’une intensité telle que nous sommes nombreux à traîner nonchalamment du pied au moment des au revoir. Pas trop envie que ça s’arrête là...

Échanges de nos 06, création d’un groupe de discussion sur WhatsApp (une heure plus tard, ça tchatte à tout-va), séance dédicace avec Jérôme, dit « Djay », pour son livre Découvrir la Process communication...

Ronron-thérapie et plus si affinités

Puis c’est le temps des bises, du ronronnement cadencé des valises à roulettes sur les pavés parisiens... Ça ronronne bien entre nous aussi. C’est presque thérapeutique. Depuis le début, il y a comme une évidence dans les échanges et les interactions au sein du groupe, une énergie lumineuse voletant allégrement entre nous, comme les lucioles une nuit d’été. Que s’est-il passé ? Un alignement inédit des planètes ? Des affinités électives hors pairs ? Une joyeuse synchronicité ? Qui sait… Mais sans aller aussi loin, Djay évoque l'effet « waouh » ou, plus poétique, « la magie du modèle ».

Cent nuances de Djay

En sémantique PCM, Djay est un « promoteur » extraverti, bien dans ses pompes (et pas n’importe lesquelles !), en phase avec son vécu de « rebelle » et son âme de « rêveur » pleinement assumés. Il arbore ainsi fièrement sa singularité et son imaginaire fertile : chemises à motifs, gilet so british, montre à gousset et… Dr Martens aux pieds avec reproduction du peintre de la lumière, William Turner. Ça, c’est pour le look, l’envergure du personnage.

It’s a kind of magic

Fin expert du « modèle », conquis à « l’humour de soi », homme de théâtre, conteur hors pair, Djay incarne à merveille la magie du modèle. Face à un public de jeunes Padawans qui l’écoutent avidement avec les oreilles et les yeux, il se plaît à puiser avec agilité dans la boîte à outils de Process Communication Model, comme le prestidigitateur dans ses tours de spectacle.

Une approche efficace et ludique, ce qui n’entame en rien les fondements scientifiques et la puissance du modèle. Sauf que le but n’est pas de créer l’illusion, mais bien d’apprendre à esquisser une réalité plus subtile, sur les terres du développement personnel et, surtout, interpersonnel. Pour que la force soit avec nous, rien de mieux que d’adopter une posture positive et bienveillante, nourrie à l’intelligence émotionnelle et à l’humour de soi.

Des astronautes, le Petit Prince et le renard

Le voyage en terre inconnue peut commencer. Nous n’avons pas embarqué, comme le firent les tout premiers astronautes de la Nasa à expérimenter le modèle, à bord d’un vaisseau spatial. Mais aurions-nous été propulsés sur une autre planète ? Là où il fait bon « apprivoiser » pour s’apprécier, être bien « en phase » avec l’autre pour une meilleure compréhension mutuelle ?  « Mais que signifie apprivoiser ? », dit le Petit Prince. « C'est une chose trop oubliée », répond le renard. […]  « Ça signifie "créer des liens”... […] Si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde... »

Dessine-moi une maison

La découverte de notre « inventaire de personnalité » fait des émules. Nous prenons ainsi connaissance de notre « structure de personnalité » – le fameux immeuble de six étages et son indispensable ascenseur –, ses dominantes, ses zones grises, ses potentialités d’évolution, ses modes privilégiés de perception, ses canaux de communication, ses façons particulières d’agir, de réagir ou d’interagir, et de se présenter au monde. Mais aussi, ses besoins psychologiques spécifiques, ses attitudes préférentielles et ses comportements prévisibles en cas de stress, ses mécanismes d’échec...

Égalité, unicité et lunettes 3D

En immersion dans le grand bain de la communication interpersonnelle, on se surprend à tenter un petit pas de côté et à chausser des lunettes 3D pour s’ouvrir à de nouvelles perspectives et dimensions de l’autre. On comprend mieux, dès lors, que la carte n’est en aucun cas le territoire. Que regarder le doigt du sage n’a que peu d’intérêt quand il s’agit de viser la Lune. Et que la vision de soi et de l’autre, teintée des croyances personnelles de chacun, n’a que peu à voir avec un regard lucide et clairvoyant et sur soi, et sur l’autre…

De même, la structure de personnalité ne prétend pas décrire la personne. Mais un modèle cohérent de comportements, de découverte de l’autre et de la multitude des combinaisons uniques qui forgent notre ADN d’animal social. Bonne nouvelle : nous sommes les heureux protagonistes d’un mini-scénario de vie original, avec copyright !

Hasard ou coïncidence ?

Rendez-vous a été pris pour nous rendre tous ensemble au théâtre le mois prochain, lors du deuxième module de formation. Ça aurait pu être un resto, un verre, un concert, une expo nocturne… Ce sera le théâtre. Haut lieu de la comédie humaine, de ce qui se joue et se trame sur les devants de la scène et en coulisses, de l’art de la « représentation », de la construction du dialogue, de la « répartie »… Et, surtout, de ce qui est dit avec les mots et de ce que racontent nos gestes, expressions, postures, intonations de voix. Tout un symbole…